Historique de la Kinésiologie

Voici en quelques dates les étapes d'une évolution qui a conduit à considérer de près le principe d'énergie vitale :

- En 1930, Frank Chapman, un ostéopathe élève de Andrew Taylor Still, étudie le flux lymphatique et établit une correspondance entre des points réflexes et des fonctions organiques (points neuro-lymphatiques réflexes de Chapman).                                                               Le Dr Terence Bennett, chiropracteur, s'intéresse lui au flux sanguin et établit une liste de points réflexes qui stimulent le flux sanguin vers l'organe associé (points neuro-vasculaires réflexes de Bennett).

- Au début des années 60, le Dr George Goodheart, chiropracteur à Détroit, découvre une relation directe entre la faiblesse musculaire et l'état de stress(1) .Il établit une corrélation spécifique entre les points réflexes de Chapman et de Bennett (2-3) et des muscles spécifiques.  Il met alors au point le test musculaire manuel ou test kinésiologique qui sert de feedback pour évaluer l'intégrité énergétique de différents systèmes. Cela le conduit à s'intéresser aux méridiens, clés de la médecine chinoise depuis plus de trois millénaires. Après 15 années de recherche, il publie un ouvrage sur l’équilibration des muscles par la stimulation manuelle des points d'acupuncture(4) . La Kinésiologie Appliquée était née.

- Dans les années 1970, le Dr John Thie, chiropracteur, collègue et compilateur de l’enseignement de Goodheart, vulgarise à partir de la Kinésiologie Appliquée, une méthode originale conjuguant l’approche occidentale et l'énergétique traditionnelle chinoise : le Touch For Health - Santé par le Toucher - qui permet d'évaluer l'état d'équilibre de chaque méridien (5). Il en fit un outil familial d'harmonisation, de prévention et de responsabilisation. Une autre forme de kinésiologie, consacrée au mieux-être, était lancée. Le succès fut immense et aujourd'hui, cette méthode globale de santé est présente dans plus de 80 pays.

- Au milieu des années 80, le Dr Paul Dennison, docteur en sciences de l’éducation, spécialiste de la remédiation des difficultés d'apprentissage, crée, à partir du concept d’intégration cérébrale, la méthode "Brain Gym". Cette méthode qui a fait le tour du monde constitue aujourd’hui encore la formation de base d’une approche plus large connue sous le nom d’Edu-kinésiologie, également appelée Éducation kinesthésique(6-10).

- Gordon Stokes, Candace Callaway et Daniel Whiteside bâtissent un concept original qu'ils appellent "Three In One Concepts" (Les Concepts 3 en 1) plus particulièrement centré sur la gestion du stress émotionnel(11).

- Depuis le 1er janvier 2009, dans les écoles validées par le SNK, ces trois approches restent actuellement le mode d'entrée dans le cursus des 500h de formation de Kinésiologue®. Par sa pratique qui exige des gestes relativement techniques et précis ainsi qu’une éducation du senti et un entraînement en binôme supervisé, on comprend que la formation en kinésiologie par correspondance est non seulement exclue mais impossible.

 

Depuis, la kinésiologie continue de se développer :

- afin de répondre à de nouveaux besoins concernant la responsabilisation et la participation active de l'être humain dans la création de son propre bien-être,

- afin d’intégrer les dernières découvertes ou avancées, fruits de constantes recherches et développements.

Citons notamment le modèle de Richard Utt basé sur les travaux du physicien David Bohm et du neuro-scientifique Karl Pribram, qui est un système kinésiologique structuré en établissant une corrélation profonde entre la loi des Cinq Eléments de l’acupuncture chinoise et la physiologie occidentale (12-13).

La kinésiologie est aujourd'hui largement présente dans plusieurs pays d'Europe au Canada, aux USA et en Australie.

(historique relaté par le SNK)